18/01/2012

Couvin: économies d'énergie? Vous avez bien dit "économies d'énergie" ? Le suivi

Mercredi, 14h30...Les news,  quelques heures après...
La note diffusée sur notre blog a fait de l'effet. Ce mercredi à 13h30, nous avons constaté que les lumières des rues étaient éteintes. Mais nous ne savons pas pourquoi elles étaient restées allumées si longtemps et nous n'avons pas reçu de coup de fil d'Ores.

L'article initial ci-dessous.

On n'arrête pas de nous rabâcher les oreilles avec les lumière rue croisette.JPGnécessaires économies d'énergie et le coût de l'électricité qui n'arrête pas d'augmenter. A la lumière de ce qui va suivre, on peut comprendre pourquoi...
Depuis quelques jours, dans certaines rues de Couvin (rue Gouttier, ruelle Cracsot, Croisette, peut-être d'autres), les lumières de rue restent continuellement allumées. De jour comme de nuit.

La Croisette, ce mercredi matin vers 9h30. Photo Bernard Theis


Depuis plusieulumière rue Cracsot.JPGrs  jours, les lumières de rue sont continuellement allumées, de jour comme de nuit, dans certaines rues de Couvin, telles que la Croisette et les rues Cracsot et Gouttier. Les citoyens s'en offusquent.

Voulant faire toute la clarté sur cette situation que l'on peut considérer d'emblée comme scandaleuse, nous avons pris nos deux bâtons de pèlerin, à la fois de citoyen et de journaliste...

Premier appel, à la Ville de Couvin, au Service des Travaux qui reconnaît être bien l'intermédiaire entre le citoyen et la société d'électricité. Et l'interlocuteur du service de nous renvoyer à Electrabel.

Deuxième appel donc, à Electrabel. Là, il s'agît que notre bâton de pèlerin soit bien solide. C'est le parcours du combattant. Si vous voulez parler en Français, taper 2. Puis, si vous voulez continuer cette communication, il faut que vous communiquiez votre  numéro de client. Avez-vous votre facture sous les yeux? Si oui, tapez 1, sinon, tapez 0.
Ouf, ça marche... Tapez votre numéro de client, svp. Nous nous exécutons, ça ne fait jamais que 10 chiffres à taper sur le clavier du téléphone... Monsieur, nous allons vérifier ensemble si votre numéro de client est correct? Est-ce bien le 1234567890 (numéro d'emprunt). Si oui, tapez 1. Sinon, tapez 2.
Ouf, ça marche... Monsieur, Electrabel mène une enquête de satisfaction de nos services. Cela consiste en quelques questions, cela ne vous prendra que deux minutes pour répondre. Voulez-vous  participer à cette enquête de satisfaction? Si oui, tapez 1, Sinon, tapez 0.
Devinez ce que nous avons fait? Répondre à une enquête alors qu'on n'est pas content, qu'on en a déjà plus qu'assez? Allons donc. On tape 0.
Ouf, ça marche... La communication n'est pas coupée. Il faut patienter. On s'exécute. Après quelques instants, une agréable voix se fait entendre. Bonjour, je suis (son prénom), que puis-je faire pour vous? Nous expliquons. Notre interlocutrice, très agréable, admet que cette situation n'est pas  normale. Elle est de bonne volonté, mais... "Monsieur, je dois vous renvoyer au gestionnaire de réseau, ORES, c'est cette société qui est compétente. Voici le numéro."

Troisième appel, donc... A ORES. Même scénario. Est-ce que...? Si oui, tapez... Bref, après quelques questions et pianotages sur le clavier, nous entendons une dame de bonne volonté. "Cette situation n'est effectivemment pas normale. Je vais demander au service de dépannage qu'il vous contacte. Ce sera fait très rapidement, Monsieur, dans les cinq jours." Oui, j'ai bien entendu. Et vous lisez bien: cinq jours, pas plus. Sic.
Nous faisons savoir à cette dame que nous souhaiterions une réponse plus rapide, à la fois comme journaliste et comme citoyen. Elle nous promet de faire le nécessaire. Rapidement.

Qu'en penser?

Qu'il nous aura fallu trois communications téléphoniques pas spécialement courtes pour ne pas avoir de réponse à nos questions. En attendant, les lumières sont toujours allumées dans les rues... Cela n'a pas l'air de tracasser grand-monde au sein des services concernés.
Et dire que notre énergie coûte déjà trop cher par rapport à d'autres pays européens!

BERNARD THEIS

Nous vous tiendrons au courant du suivi de cette affaire.

Les commentaires sont fermés.