05/04/2012

Humeur: qu'est-ce que ce camion faisait à Couvin ?

citerneIMG_0347.JPGHier mercredi 4 avril, un camion transportant du sucre liquide s'est embrasé à Couvin, au carrefour Ste-Barbe, à quelques centaines de mètres du centre-ville, un jour de marché. Cet incident est resté limité quant à ses conséquences. Il a alimenté les conversations et réaffirmé la nécessité d'un contournement de Couvin. Mais il pose aussi d'autres questions.

 

Photo adressée par J. Mathy 


Ce mercredi 5 avril, suite à un dysfonctionnement du système de freinage, un incendie est survenu à hauteur de la cabine d'un camion citerne transportant du sucre liquide. Cela se passait au carrefour Ste-Barbe à Couvin. Les conséquences de cet incident restent limitées, à l'exception des dégâts matériels au camion, du coût de l'intervention et des perturbations de la circulation sur la Nationale 5.

Diverses questions se posent. Et si... Et si l'incident s'était produit vraiment au centre-ville, à hauteur de la place Piron? L'évacuation du marché aurait été vraisemblable? Et si la citerne avait été chargée de matières dangereuses, inflammables ou explosives? Ou du foin ou de la paille?

Des camions qui traversent une ville de 5500 habitants, est-ce bien raisonnable? Non. La solution, déjà adoptée avec courage par le bourgmestre Douniaux et son collège communal, de dévier la circulation des poids-lourds par Cul-des-Sarts, Baileux, etc. ne fait qu'exporter le problème et créer des dangers ailleurs.

Par contre il en est une qui devrait devenir le credo des transporteurs, c'est d'inviter les poids lourds en transit à adopter le réseau autoroutier déjà existant, moyennant un léger, donc acceptable, détour. Car en fait, ce camion, venant de Reims et allant livrer son sucre dans une entreprise du nord du pays, devait-il absolument passer par Couvin? Non. Compte tenu d'un réseau autoroutier déjà très dense (par Valenciennes, ou Cambrai...), il aurait pu adopter un autre parcours, aussi rapide et moins périlleux. Descendre la liaison Brûly-Couvin, c'est mettre les freins d'un poids lourd à rude épreuve, c'est soumettre son chauffeur à des risques inconsidérés, la réalité nous l'a déjà prouvé à plusieurs reprises... C'est aussi amener une succession de freinages et d'accélérations peu propices aux économies de carburant.

C'est là, nous semble-t-il, que les autorités devraient agir, en attendant que le contournement de Couvin soit réalisé. Sachant qu'une vraie catastrophe est toujours de l'ordre du possible: le risque zéro n'existe pas!

B. TH.

Commentaires

tout a fait d accord avec vous !! leurs patrons n ont qu a remettre leur gps au point ! avec les gds axes qu ils ont en france ... n ont rine a faire ds la ville

Écrit par : dubuc | 05/04/2012

un chargement à reims vers une ville du nord du pays passe par Couvin c'est le plus court mais une route comme celle du Bruly ne se descend pas au freins mais avec la vitesse adéquoite et le frein moteur
si il y a le feu c'est la faute du chauffeur pas de la route

Écrit par : dieudonné | 06/04/2012

Utiliser le réseau autoroutier déjà existant (un des plus dense d'Europe), voilà une riche idée!!! En ces temps de double "crise" à la fois écologique et économique, je pensais l'époque des grands travaux pharaoniques révolue. Cette idée n'est pas neuve, mais le belge a parait-il une brique, ou devrais je dire une bande de bitume, dans le ventre...

Voici un petit dossier "faut-il vraiment se réjouir du contournement de couvin" par Patrick Dupriez, à l'époque député wallon, qui développe cette alternative au contournement ; alternative qui pourrait être bien utile à couvin en attendant la fin des travaux (du moins pour les plus jeunes d'entre nous qui ont peut être une chance de la vivre un jour...).

http://web4.ecolo.be/IMG/pdf/110408_PAD_DOC_article_faut-il_vraiment_se_rejouir_du_contournement_de_COuvin.pdf

Écrit par : Toine l'ardennais | 05/04/2012

Belle réflexion et excellent dossier! A partager!

Écrit par : Ledroit | 07/04/2012

Les commentaires sont fermés.