28/04/2012

Humeur: à Viroinval, l'affichage "en liberté sous caution"

NDLR. Un petit complément a été ajouté à cette note. Voir au bas de l'article.

Etrange décision, celle qui vient d'être prise par le conseil communal de Viroinval, lors de sa dernière séance. Désormais, pour assurer la promotion par affiches d'un événement, les organisateurs devront au préalable s'acquitter d'une caution, d'un montant non négligeable: 125 €. Nous ne trouvons pas cette décision judicieuse et nous la commentons. Ceci est donc un billet d'humeur en cinq points...


La Commune de Viroinval vient de décider d'exiger une caution de 125 € des organisateurs d'événements qui veulent afficher pour promotionner  leur activité. Motif invoqué: cela évitera à la commune de supporter le coût d'un "désaffichage-nettoyage" en cas d'infraction à la règle. On lira, par le lien ci-dessous, l'info de La Nouvelle Gazette, le Quotidien de l'Entre-Sambre et Meuse. http://www.lanouvellegazette.be/399407/article/regions/sa....

La décision prise a suscité quelques commentaires notamment sur les réseaux sociaux. Au-delà des considérations des râleurs qui abusent de toutes les bonnes occasions de fustiger à tort et à travers le pouvoir en place, il y a effectivement lieu de commenter cette décision.

Elle est discriminatoire: elle pénalise tous les organisateurs, et pas seulement les "contrevenants". Il serait plus logique, nous semble-t-il, que la Commune de Viroinval informe correctement des règles d'affichage et punisse ceux qui les enfreignent. Ici, c'est comme si on disait: vous êtes présumés coupables, si vous êtes jugés innocents, on vous rembourse". Le monde à l'envers! Curieuse conception, inique et infantilisante!
La décision est d'autant plus discriminatoire qu'elle touche en premier lieu le secteur associatif. Chacun sait combien ce secteur, issu du volontariat et du bénévolat, peine à joindre les deux bouts, par manque de moyens, par désinterêt des pouvoirs en place, par manque de subsides. Une vie associative qui est aussi porteuse de richesses, de réflexions, de créativités, de bien-être et d'emplois.

Elle est injustifiée par rapport à ce qu'on peut considérer comme un devoir de la commune. Car pour éviter que l'on affiche n'importe où n'importe comment, il faut des lieux en suffisance qui puissent accueillir les affiches. Or, c'est une grave lacune dans nos communes, Viroinval n'y échappe pas. Les panneaux d'affichages sont trop rares, trop petits, trop mal situés, trop mal renseignés. Viroinval a fait réaliser des panneaux d'entrées de la commune et de ses villages et s'est dotée d'une identité visuelle originale et remarquable. Pourquoi ne pas réserver sort semblable aux panneaux d'affichage?

Elle est menaçante pour la liberté. L'affichage doit être considéré comme un droit, dans le registre de nos libertés d'expression. Ce droit ne peut s'acheter par une caution.

Elle laisse un goût amer: dans cette commune dont la gestion apparaît souvent comme exemplaire et irréprochable, on a parfois l'impression que davantage d'efforts sont fournis pour les touristes et les paysages attractifs, plutôt que pour les citoyens eux-mêmes.

Enfin, accessoirement, le coût de la caution est bien trop élevé: 5000 balles (anciennes!) à sortir avant même que l'activité ait été réalisée, c'est beaucoup trop.

En finale, question: dans six mois, on vote... Pour assurer leur promotion, les candidats vont polluer le paysage et les panneaux -tiens, pour ça, on va en prévoir!- avec des affiches. Pour montrer leurs tronches à tout le monde, ces candidats devront-ils eux aussi s'acquitter de 125 € ? Nous en doutons!

BERNARD THEIS

Complément:

A la lecture de l'article de La Nouvelle Gazette et de cette note, Bruno Buchet, bourgmestre de Viroinval, a adressé la réaction suivante.

"Bonsoir, cet article ne traduit pas la "juste" décision qui a été prise par le Conseil communal de Viroinval. Par ailleurs la photo utilisée dans l'article illustre très mal cette décision. Une demande de rectification a été demandée à La Nouvelle Gazette, j'espère qu'elle corrigera cette information incomplète qui prête à confusion. A votre disposition pour toute explication utile. Bruno Buchet."

 

Commentaires

A 500 % d'accord avec toi, Bernard... La culture, sous toutes ses formes, va vraiment bien mal, et les Pouvoirs Publics, qui devraient la soutenir à 500 %, ont parfois des attitudes très bizarres...

Écrit par : Pierre Cattelain | 26/04/2012

Les commentaires sont fermés.