30/04/2012

Olloy-sur-Viroin: un nouveau numéro de "Notre Village"

M. Bernard Nain, responsable du Cercle d'Histoire d'Olloy-sur-Viroin, nous communique ceci: "Ce mail pour vous signaler la parution du dernier numéro de Notre Village, la revue du Cercle d’Histoire locale d’Olloy-sur-Viroin (créé en 1997).
Sujet traité : De la Révolution française à la fusion des communes: deux siècles de lutte contre le feu à Olloy. Les points suivants y sont abordés : prévention et responsabilisation des communes (balayage des cheminées, contrôle des fours) à partir de la Révolution française, l’élaboration de règlements de police en 1847 et 1859, données statistiques permettant de mesurer l’ampleur du fléau, l’arrivée de pompes à feu au village (1847 et 1874), la construction de la remise destinée à les abriter sur la place de l’église (cette remise était surmontée d’un kiosque), la narration de plusieurs incendies (1833-1967), les incendies forestiers (par ex ceux provoqués par le vicinal), le renouvellement du matériel, l’approvisionnement en eau, le corps des sapeurs-pompiers (1875-1962), la solidarité entre villageois et à l’extérieur du village à l’occasion d’incendies, les assurances, l’organisation en groupes régionaux (Mariembourg en 1941, Couvin en 1968).
Cet article contient quelques anecdotes savoureuses comme par exemple l’incendie de 1892 au cours duquel la pompe, complètement détraquée, n’a été d’aucune utilité. Le cas spécifique d’Olloy est replacé dans un contexte plus large et montre les difficultés rencontrées à l’échelon provincial pour inciter les communes à se doter de règlements, d’un matériel performant, etc : au début du XIXe siècle, Olloy ne disposait d’aucun moyen spécifique de lutte contre l’incendie (on utilisait les seaux et les échelles des particuliers).
La revue peut être obtenue en versant 8 € sur le compte n° BE07 7326 7614 0066 du Cercle d’Histoire. Renseignements : bernard.nain @skynet.be, tél. 02/216 97 50 .Je serais très heureux si cette information pouvait être donnée sur votre site."

Voilà qui est fait!

B. TH.

Les commentaires sont fermés.