24/05/2012

Couvin: enfin un budget communal ?

ndlr: attention, il y a de l'actualité et aussi de l'humeur dans cette note.

Le Conseil communal de Couvin se réunit le 31 mai prochain. Le budget est à l'ordre du jour. Concrétisation d'une nécessité attendue en vain depuis plusieurs mois ou baroud d'honneur d'un échevin des Finances qui a fait poireauter noin seulement tous les mandataires communaux, mais aussi tous les citoyens? Un budget communal, c'est l'arme -donc, hélas, ce que l'on appelle communément le "nerf de la guerre", dans une conception issue des angoisses de guerres froides- de la politique communale.

On sera plus attentif à l'évènement, en apparence anodin, de la prestation de la secrétaire communale Isabelle Charlier. Le terme "secrétaire" cache en fait une réalité fondamentale: le ou la secrétaire communale(e), c'est la garantie du bon aboutissement, dans les règles, des dossiers, c'est la garantie du bon fonctionnement -en ce compris de l'ambiance et du bien être des agents- de l'administration communale. Dans ce cadre, l'apparence anodine disparaît au profit de l'efficacité. Cette note s'accompagne de nos meilleurs souhaits à la Secrétaire!

Le budget est à l'ordre du jour. Enfin. Tout citoyen était en droit d'exiger qu'il soit proposé, et voté, avant la fin de l'exercice 2011, comme cela se fait raisonnablement dans bon nombre d'autres communes où la gestion est cohérente, résultant d'une réflexion collégiale bien comprise et bien menée au profit du service public. A Couvin, il faut croire que les valeurs développées n'obéissent pas à cette exigence légitime. Ce sera un budget trop attendu que pour être cohérent, trop méticuleux que pour être audacieux, un budget de fin de vie politique de son auteur, non contesté de la part de mandataires trop peu conscients de la nécessité d'une vision communale à long terme.

Ce budget, en cette période pré-électorale donc sensible, sera sûrement âprement discuté. A la lecture de presse locale, Il nous revient que deux conseillers de la majorité, Willy Berten et Gérard Lottin, ne seront pas présents pour le voter, pour ne pas disgrâcier l'échevin sortant des finances, membre de leur groupe. Curieuse conception du service public, où l'intérêt général s'efface au profit de l'attitude particratique et donc du bénéfice électoral de certains.

BERNARD THEIS

 

Les commentaires sont fermés.