15/06/2012

C'est la période des "ducasses"

C'est la période des ducasses, qui font le bonheur des habitants de nos villages, jeunes et plus âgés. Et donc ceux-ci, fêtards invétérés, sont appelés des ducassiers.

Mais d'où vient ce terme, pétillant nom féminin de la langue française qu'on n'entend pas prononcer dans toutes les régions? C'est même un terme qui n'est utilisé que dans le Nord de la France et notre sud de la Belgique.

Le terme vient de dédicasse. La fête du village est celle que l'on dédie au saint-patron, protecteur des âmes et des maisons du village. A Frasnes-lez-Couvin, c'est saint-Remy. A Brûly-de-Pesche, c'est saint Méen, rebaptisé saint-Main, puisqu'il a dit-on le don de guérir les eczémas et autres chatouillis. A Pesche, c'est saint Hubert. A Couvin, la fête pâtronale se déroule aux alentours de la saint Germain. Pourtant, la "grande fête", c'est en septembre. Le mercredi de cette "grande fête", on fait la "danse des Sept Sauts", une tradition très rare qui marque la fin de la fête. Il se dit que, après avoir exécuté cette danse -soit, au total 28 sauts- les fêtards n'ont pyus qu'une seule envie de rentrer chez eux, fourbus. C'est mal connaître les Couvinois!

En wallon, deux graphies sont exploitées, comme nous le renseigne un de nos ouvrages de référence, soit l'excellent "Dictionnaire illustré et encyclopédique des patois de Fagne et de Thiérache", de P. Defagne (1984). On parle de "ducace" pour évoquer la fête communale: A l'ducace, nos f'rons a din.nér pou toute èle famîye. On dit aussi "Yèsse a l'ducace": ressentir une joie très vive. Exemple: Quand il a seû qu'i steut nomé champète, i steut a l'ducace èt il a payé à bwère a tèrtous.

P. Defagne cite aussi le terme ducauce, usité à Couvin et environs. Au Prèsgaux, on fwét l'ducauce aus c'rîjes èl trwèzième dimanche dè julète.

Bah, fi de ces considérations littéraires! Ne ratez pas l'occasion de faire la fête. Vous aussi, vous serez "a l'ducace".

BERNARD THEIS

 

05/03/2012

A tout skètér...

Décidément, la langue wallonne est pleine de saveurs, de couleurs... Le hasard nous amène à la page 116 de l'excellent "Dictionnaire du wallon du Viroin et de sa région", de Philippe Antoine, qui a dédié ce superbe ouvrage "Au génie modeste des porteurs de mémoire. A leur langue de clins d'oeil et de beaux mots".

Donc, page 116... A la mi-temps de la deuxième colonne, on trouve ceci...

"skètér"

Et nous apprenons que c'est un verbe transitif, histoire d'entamer la communication.
Assez paradoxalement, ça veut dire: casser, briser. Dont exemple: "C'èst st-in broyeû, i skète tout c'qui li passe dins lès mwins".
Plus encore mieux, du genre "On va rentrer ça tant qu'il fait bon": "On va skétèr l'dérène d'vant d's'èrâlér".

Et, pour suivre, une pensée dont j'aime beaucoup l'esprit de "Si ça continue, il faudra que ça cesse". Traduction: "Ça n'pleut né durér, faleut qu'ça skète".

J'espère que toi, lecteur ou lectrice de ce blog, tu n'es pas dans le cas: "skètè", ça veut dire hyper-fatigué(e).

D'où la conclusion de cette note: je te/vous souhaite le meilleur. De vivre. De faire. D'aimer. De rire.
Bref, d' awè du plêji! A tout skètér!

A bé râde!

B. TH.

   

23/02/2012

Djambe...

Reprenons notre bon "Dictionnaire du wallon du Viroin et de sa région" et, avec son auteur Philippe Antoine, réapprenons cette langue pleine d'images, de saveurs, de couleurs locales...

Ouvrons une page au hasard....

Lire la suite

11/01/2012

Nouvel An et dringuèle

"Cô toudi" un mot wallon bien à-propos en cette période de nouvelle année. Bon nombre d'enfants, de neveux et nièces, de filleul(e)s ont reçu leurs étrennes.

En wallon, cela se dit dringuèle.

Notre dictionnaire de référence, l'excellent "Dictionnaire du wallon du Viroin et de sa région", de Philippe Antoine, nous rapporte qu'il s'agit d'un nom féminin. "Pourboire, argent donné en remerciement d'un service./Gratification pécuniaire donnée aux enfants ou aux jeunes gens".

Et notre linguiste local de nous proposer un exemple savoureux...

I n'va vèy sè matante què pou awè s'dringuèle!

Mais Philippe Antoine nous signale aussi cette chose étrange: le mot vient du néerlandais: drinkgeld, ce qui signifie "argent à boire".

La preuve que les wallophones et les néerlandophones ont tout intérêt à échanger! Nos-èstons tertous les minmes.

A bé râde!

B. TH.

 

26/12/2011

Droits de l'Homme et autres gentillesses

coq_walloni.jpgVu sur le site Lexilogos...
 
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme

Tos lès-omes vinèt-st-å monde lîbes, èt so-l'minme pîd po çou qu'ènn'èst d'leu dignité èt d'leus dreûts.
I n'sont nin foû rêzon èt-z-ont-i leû consyince po zèls, çou qu'èlzès deût miner a s'kidûre onk' po l'ôte tot come dès frés.


coq_walloni.jpgTrois faits d'actualité récente qui justifient ces quelques expressions suivantes, issues de l'excellent "Dictionnaire du wallon du Viroin et de sa région", de Philippe Antoine.

 

Gale: quelques cas de gale ont été observés au cours des derniers mois.

Tu peus bwâre après mi, djè n'ai né l'gale !

ou encore

Quand on deut dès lyârds à ène sakî, on l'acuze voltîye d'awè l'gale !

Goulaf. Ne dites pas le contraire, c'est comme ça que vous avez mangé au réveillon.

Saye dè yèsse mwins goulaf quand tu mindjes amon l'z-ôtes !

Et enfin, une petite dernière pour la route...

I s'arindje co pou nné payi s'tournèye, pourtant il èst st-au comèrce !

20/10/2011

Dins nos pachis...

On ne parle plus wallon. Ou si peu... Contribuons donc à faire mieux connaître ce langage, aux mots parfois si savoureux, si chargés d'émotion, que même la langue française ne saurait les traduire...

Bref, cette rubrique qui sentira bon notre terroir, sera celle où l'on vous fera gober des tas de choses.

Commençons tout de suite, justement, avec l'aide de l'excellent "Dictionnaire du wallon du Viroin et de sa région", que Philippe Antoine, de Vierves-sur-Viroin, a publié en 2008. Ce dico est en librairie et on peut le trouver aussi à l'imprimerie Bourtembourg à Nismes.

Faire gober, tromper, en wallon, se dit:

fé acrwâre.

Exemple donné par Philippe Antoine, dans son génial dictionnaire.

Come t'ès là, tu m'ènn-fé co acrwâre !

Si le wallon vous intéresse, si vous le connaissez, si vous le parlez et, encore mieux, si vous l'écrivez, n'hésitez pas à nous adresser vos phrases et petits textes. Qué plêji pou tèrtous !

Bernard Theis