15/06/2012

C'est la période des "ducasses"

C'est la période des ducasses, qui font le bonheur des habitants de nos villages, jeunes et plus âgés. Et donc ceux-ci, fêtards invétérés, sont appelés des ducassiers.

Mais d'où vient ce terme, pétillant nom féminin de la langue française qu'on n'entend pas prononcer dans toutes les régions? C'est même un terme qui n'est utilisé que dans le Nord de la France et notre sud de la Belgique.

Le terme vient de dédicasse. La fête du village est celle que l'on dédie au saint-patron, protecteur des âmes et des maisons du village. A Frasnes-lez-Couvin, c'est saint-Remy. A Brûly-de-Pesche, c'est saint Méen, rebaptisé saint-Main, puisqu'il a dit-on le don de guérir les eczémas et autres chatouillis. A Pesche, c'est saint Hubert. A Couvin, la fête pâtronale se déroule aux alentours de la saint Germain. Pourtant, la "grande fête", c'est en septembre. Le mercredi de cette "grande fête", on fait la "danse des Sept Sauts", une tradition très rare qui marque la fin de la fête. Il se dit que, après avoir exécuté cette danse -soit, au total 28 sauts- les fêtards n'ont pyus qu'une seule envie de rentrer chez eux, fourbus. C'est mal connaître les Couvinois!

En wallon, deux graphies sont exploitées, comme nous le renseigne un de nos ouvrages de référence, soit l'excellent "Dictionnaire illustré et encyclopédique des patois de Fagne et de Thiérache", de P. Defagne (1984). On parle de "ducace" pour évoquer la fête communale: A l'ducace, nos f'rons a din.nér pou toute èle famîye. On dit aussi "Yèsse a l'ducace": ressentir une joie très vive. Exemple: Quand il a seû qu'i steut nomé champète, i steut a l'ducace èt il a payé à bwère a tèrtous.

P. Defagne cite aussi le terme ducauce, usité à Couvin et environs. Au Prèsgaux, on fwét l'ducauce aus c'rîjes èl trwèzième dimanche dè julète.

Bah, fi de ces considérations littéraires! Ne ratez pas l'occasion de faire la fête. Vous aussi, vous serez "a l'ducace".

BERNARD THEIS

 

04/06/2012

Cul-des-Sarts: un musée à (re)découvrir

Cul-des-Sarts Musée Vie rurale 2.JPGGrâce aux motivations exprimées par le Syndicat d'Initiative local et avec l'aide de la Fondation Chimay-Wartoise, le sympathique musée de la vie régionale de Cul-des-Sarts est dorénavant ouvert régulièrement.
Patiemment élaboré par feu le Dr. Georges André dans l'ancienne école du village couverte d'un toit de chaume, ce beau musée présente un panorama de la vie rurale de la région du sud de l'Entre-Sambre et Meuse: métiers, traditions, espaces de vie, reconstitutions (d'un atelier de saboterie, notamment) y content la chaleur de vivre, mais aussi la rudesse des conditions de vie, de jadis.

Le musée est ouvert les mardi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 10 à 12h et de 13 à 17h.
Adresse: rue du Bailly, Cul-des-Sarts.

B. TH.

01/06/2012

L'Atelier communautaire vous accueille ce samedi 2 juin

Pesche maison du bailly 2.JPGLa Maison du Bailly de Pesche est le centre d'activités de l'Atelier Communautaire organisé par le Centre Culturel Christian Colle de Couvin.

L'Atelier Communautaire ouvre ses portes ce samedi 2 juin de 14h à 18h. Ses animateurs et ses participants vous proposent des les rencontrer, de faire plus ample connaissance avec leur travail, en toute convivialité et avec un bel esprit d'ouverture. Tous les animateurs des ateliers et leurs participants seront présents simultanément, dans un mélange des genres passionnant, une joyeuse polychromie, un foisonnement créatif.

Au programme:

-l'atelier peinture d'Olivier De Nato, avec ses productions variées mais toujours peintes;
-l'atelier libre de Francine Vaute où chaque participant peut expérimenter de nouvelles techniques au gré de ses envies;
-l'atelier collectif de Didier Kahn et Alain Deflandre, avec ses créations collectives riches au plus haut point de la créativité;
-la technique d'aquarelle de Jean Nicolas;
-le travail de la terre avec Nicole Schepens;
-l'atelier gravure avec sa technique spéciale et ses multiples productions, rendues réalisables grâce à une presse à gravure unique dans la région.

L'expression artistique est libératrice et ouverte à tout un chacun. Cette "portes ouvertes" est l'occasion d'en savoir plus et même de s'essayer à l'une ou l'autre technique. Les animateurs, animatrices et participant(e)s de l'Atelier vous invitent à ces "portes ouvertes" autour d'un petit goûter convivial.

Rendez-vous: Maison du Bailly, place Saint-Hubert, 5660 Pesche, ce samedi de 14 à 18h.

 

18/05/2012

Couvin: plus que quelques jours pour visiter l'exposition "Donnay"

carte 20120515 156.JPGC'est une superbe exposition que le Centre Culturel Christian Colle de Couvin présente en la salle Champagnat. Elle fait honneur à la marque "Donnay", qui a rythmé la vie industrielle et sociale de la région couvinoise pendant 100 ans.

Agréablement et clairement présentée, l'exposition est fort complète.

 

Une vue de l'exposition - Photo B. TH.

D'emblée, on sera étonné du nombre de raquettes exposées. Elles viennent de la collection de Michel Guilluy, auteur d'un livre "Donnay, la légende d'une marque centenaire". Mais l'exposition comprend aussi de nombreux panneaux fort clairs et bien illustrés, qui narrent toute l'histoire de l'entreprise et des raquettes Donnay. Des vidéos et de multiples objets complètent cette exposition à voir absolument.

L'exposition est encore accessible librement ces vendredi, samedi, dimanche et lundi, de 14h à 19h. Pour ceux qui le souhaitent, un programme est en vente au prix de 5 €.

 

16/05/2012

Couvin: première activité de la "Maison de la Mémoire de l'Eau Noire" ce jeudi

La "Maison de la Mémoire de l'Eau Noire" s'est créée sous forme d'asbl en février de cette année. Son but: la sauvegarde et la mise en valeur des archives paroissiales de la région de Couvin et de tous les objets d'art faisant partie du patrimoine religieux. Soit de nombreuses et précieuses pages d'histoire qui jusqu'ici, restaient enfouies dans les secrets des presbytères. Premier aperçu ce jeudi 17 mai, jour de l'Ascension, par une exposition-brocante-bourse, en la salle "La Ruche" à Couvin.

Lire la suite

06/05/2012

Couvin: l'Uni-Vert Festival a tenu ses promesses (avec photos et vidéo)

Les organisateurs de l'Uni-Vert Festival l'avaient promis: il y aurait du vert, de la musique et de bonnes surprises. Pari tenu, promesses honorées: il y eut tout cela, sans trop de pluie. Quelque 500 festivaliers s'étaient donné rendez-vous au Domaine Saint-Roch de Couvin, cadre idyllique pour une telle manifestation.
Belle organisation, accueil soigné, jeune et souriant, belle programmation mêlant les genres, du gentil folk-song au hard rock sauvage, en passant par la chanson française sensible, les airs festifs aux saveurs manouches, le bon blues électrique. Il y en avait pour tous les goûts, mais cette programmation était de qualité, servie par un cadre scénique aéré et une excellente sonorisation.

Voici une vidéo et quelques photos.

BERNARD THEIS

 

Lire la suite

05/05/2012

Couvin: l'Uni-Vert Festival a démarré sur les chapeaux de roues

L'Uni-Vert Festival a commencé il y quelques dizaines de minutes au Domaine Saint-Roch de Couvin, sous une configuration dans l'espace différente de l'année passée, plus aérée.

Outre la scène qui, au moment où vous lirez ces lignes, vibre au rythme du trio Botox Devotion (excellent!), les centres d'intérêt ne manquent pas au festival: exposition d'artistes, espace détente, atelier "récup'art", village associatif...

Il y a déjà du monde. Et ce n'est pas fini!

Voir le site: www.univertfestival.be

 

carte 20120505 001.JPG

carte 20120505 002.JPG

30/04/2012

Olloy-sur-Viroin: un nouveau numéro de "Notre Village"

M. Bernard Nain, responsable du Cercle d'Histoire d'Olloy-sur-Viroin, nous communique ceci: "Ce mail pour vous signaler la parution du dernier numéro de Notre Village, la revue du Cercle d’Histoire locale d’Olloy-sur-Viroin (créé en 1997).
Sujet traité : De la Révolution française à la fusion des communes: deux siècles de lutte contre le feu à Olloy. Les points suivants y sont abordés : prévention et responsabilisation des communes (balayage des cheminées, contrôle des fours) à partir de la Révolution française, l’élaboration de règlements de police en 1847 et 1859, données statistiques permettant de mesurer l’ampleur du fléau, l’arrivée de pompes à feu au village (1847 et 1874), la construction de la remise destinée à les abriter sur la place de l’église (cette remise était surmontée d’un kiosque), la narration de plusieurs incendies (1833-1967), les incendies forestiers (par ex ceux provoqués par le vicinal), le renouvellement du matériel, l’approvisionnement en eau, le corps des sapeurs-pompiers (1875-1962), la solidarité entre villageois et à l’extérieur du village à l’occasion d’incendies, les assurances, l’organisation en groupes régionaux (Mariembourg en 1941, Couvin en 1968).
Cet article contient quelques anecdotes savoureuses comme par exemple l’incendie de 1892 au cours duquel la pompe, complètement détraquée, n’a été d’aucune utilité. Le cas spécifique d’Olloy est replacé dans un contexte plus large et montre les difficultés rencontrées à l’échelon provincial pour inciter les communes à se doter de règlements, d’un matériel performant, etc : au début du XIXe siècle, Olloy ne disposait d’aucun moyen spécifique de lutte contre l’incendie (on utilisait les seaux et les échelles des particuliers).
La revue peut être obtenue en versant 8 € sur le compte n° BE07 7326 7614 0066 du Cercle d’Histoire. Renseignements : bernard.nain @skynet.be, tél. 02/216 97 50 .Je serais très heureux si cette information pouvait être donnée sur votre site."

Voilà qui est fait!

B. TH.